Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 17:51

Nous avons finalement passé une quinzaine de jours à Saint Louis avec Raymond. Nous avons rencontré Alain et Michelle, des routards bretons, à la fin d’un périple de 7 mois (Grèce en sac à dos et Sénégal, Mali, Burkina-Faso en véhicule).

 

Soirée bolognaise avec Michelle, Alain et Raymond, arrosée du vin "Le Pichet" : un cru qui pique !

IMG_8760.JPG

 

 Après quelques bonnes bouffes, notamment, un cochon de lait offert par Raymond, nous sommes partis à Mboro.

 

Découpage du cochon de lait... fondant à souhait, avec Raymond et son fils Joseph

DSC_4276.JPG

 

 

Raymond a offert un canne à pêche adaptée à l’océan à Hervé qui nous a ramené du bon poisson frais.

 

Hervé à l'oeuvre

IMG_8786.JPG

 

Raymond à la démo

DSC_4274.JPG

 

Première victoire : un bar moucheté

IMG_8731.JPG

 

Delphine à l'action

IMG_8763.JPG

 

 

D’ailleurs, Hervé a crée un blog publicitaire pour le camping de Raymond car son campement mérite d’être connu, voici son adresse : http://campingocean.over-blog.com

 

MBORO :

Mboro se trouve sur la côte entre Saint Louis et Dakar, c’est une ville moins touristique et bien sympa.

 

Plage de MBoro avec ses pirogues très typiques

IMG_8844.JPG

 

MBoro côté brousse

IMG_8806.JPG

Nous sommes donc arrivés chez Nico que nous avions rencontré précédemment à St Louis.

Nicolas est en train de monter un très joli campement dans la brousse de Mboro et Nicolas est d’ailleurs un ambianceur !

 

Le campement de Nico vu de l'entrée

DSC_4283.JPG

 

Et vu du toit de sa maison

DSC_4277.JPG

 

Nous avons passé 15 jours environ, pour mon anniversaire et de bonnes parties de rigolade.

 

A ses heures perdues, Nico fait coiffeur : ici un prototype entre Godfroy le Hardi et un punk

DSC_4306.JPG

 

 

Soirée d'anniversaire de Delphine avec tartes aux pommes maison SVP.

Notez la touche "père noël sur la gauche"

IMG_8791.JPG

 

Nicolas nous a présenté à quelques amis sénégalais, entre autre, Sébastien « le malafoutier » (récolteur de vin de palme) qui nous a d’ailleurs invité à fêter Pâques dans sa famille (Au menu : cochon grillé et bien sûr vin de palme).

 

Ici un récolteur à l'oeuvre.... ainsi que les bouteilles en place pour la récolte

IMG_8768.JPG

 

Dégustation "sur site" du vin de palme fraichement récolté (la bouteille... c'est le bidon jaune  :-|   )

IMG_8796.JPG

 

On boit, on boit... mais le soir tombe et le cochon grillé nous attend!

IMG_8795.JPG

 

Nous avons également rencontré Christian, qui vient de Corrèze et s’est acheté un terrain à Mboro pour sa retraite. Il était là pour nettoyer (par le feu) son terrain avant de lancer les travaux.

 

L'appel du canadaire!  On débroussaille copieux

IMG_8788.JPG

 

Enfin, nous avons rencontré Moïse qui tient un resto à Paris dans le 11ème arrondissement, le « manguier », et qui a un petit refuge Sénégalais sur la plage de Mboro.

 

Moïse devant sa "télévision océanique"

IMG_8835.JPG

 

Nico est un bon cuisinier et nous a fait découvrir : les brochettes de requin, de grosses gambas sénégalaises, le bouc à la moutarde et le facochere (sanglier africain comme dans le roi lion), c’est très bon comme gibier.

 

  Préparation des gambas. Spéciale dédicace à la mère de Delphine

DSC_4310.JPG

 

Ca déchire 1Kg pour deux !

DSC_4311.JPG

  

Le petit bouc... avant la moutarde (il a saigné toute la nuit !)

IMG_8804.JPG

 

 

Nous avons découvert la ville de Thiès qui est bien sympa, avons découvert un peu le coin en vélo et avons pu nous rafraichir dans la piscine à Nico !

 

Essayage de vélo par Delphine

IMG_8841.JPG

 

C'est mieux avec ce modèle de vélo. Direction la plage

IMG_8830.JPG

 

Un baobab parmi tant d'autres... c'est toujours impressionant 

IMG_8771.JPG

 

Delphine et Sokhna la fille de Nico. Un phénomène Duracell

IMG_0152.JPG

 

 

Après 40 litres de bière, de « pichet » (vin rouge local) et vin de palme et 3 faux départs, nous avons quitté Mboro pour Toubakouta, à 30km au nord de la frontière Gambienne.

 

Après une soirée sympa à Toubakouta, nous avons pris la route vers la Gambie. Après les formalités, nous avons pris le bac pour Banjul, soit 6 heures d’attente pour 40mn de traversée ! Notons que pour arriver à Toubakouta, nous tenons à remercier les travaux publics sénégalais pour la route qu’ils ont malencontreusement oublié d’entretenir pendant 60 ans. Autant dire que sur 30km vous roulez dans un champs à côté de le route « gruyerisée ».

 

Arnachage des plaques de désensablage 

IMG_8862.JPG

 

Pour les AS de géographie, après la gambie nous retournons au sud du Sénégal. D'où "suite mais pas fin"! 

 

 

Repost 0
Published by Poi - dans Sénégal
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 17:19

Vidéo prise en Mauritanie sur la route.

 

cliquez ici =>  link

 

essai de video. Dites moi si vous pouvez la voir en laissant un commentaire. 

Repost 0
Published by Poi
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 19:51

Ça y est, nous sommes arrivés au Sénégal. En principe, on dit « bonne arrivée » ici mais par la route, c’est pas tout à fait ça.

Toujours comme des « bleus », nous avions prévu de passer la frontière Mauritanie-Sénégal par le barrage de Diama, malgré les 80kms de piste, il parait que la passage est tranquille et bien, non ! Et après avoir vu un allemand en route qui nous avait mis le doute, nous sommes partis sur la seconde option  : le bac de Rosso.

 

Comme d’hab, ça dure des heures et le racket y est organisé.

Dressons le tableau :

On se fait 3 heures de desert sympa avec Oasis, petits villages, etc… jusque là, tout va bien.

Puis on tombe sur Rosso, toute petite ville où la seule rue existante mène droit à l’embarcadère.

Au moment où on s’arrête à deux pas de l’embarcadère pour faire les formalités, il y a une douzaine de « tyches » ou de « moupes », bref des types mouches qui se collent à nous comme des mouches sur une bouse fraiche. Pour être + précis : la bouze c’est nous.

Il est midi et le bac ne part qu’à 16h. Ca fait 4 heures d’attente. Vous avez déjà vu une bouse ravagée pendant 4 heures par des mouches. Bah nous à la fin c’était pareil. On s’est retrouvé à sec avec quelques trous au moral. A sec parce qu’entre l’assurance, le passeur, le bac, le passavant, les frais de douane, les frais de police, le parking de l’embarcadère, etc  le peu d’argent qu’on avait prévu s’est vaporisé.

 

Enfin, la route de Rosso à St Louis est finalement pas une route mais une piste avec des nids de poule à perte de vue. (A la tombée de la nuit, c’est sympa)

 

Conclusion : NE PASSEZ PAS PAR ROSSO !

 

Par contre, notre camion ici est extrêmement répandu : c’est ici un car inter-villages.

Donc dès que quelqu’un nous voit, il nous fait signe pour monter, puis baisse le bras dépité en voyant deux blancs dans la cabine.

 

Et nous arrivons à Saint Louis.

Premier contrôle de police, on se tape un amende de 4,5€ (3000 F CFA) pour le gilet. Original sachant qu’ici il n’y a que des tas de rouille sans phare ni rien sur la route. Admettons.

Puis dans Saint Louis, on a fait demi tour un peu avant un rond point, et vlan, re 3000F CFA.

 

Finalement on s’arrête dans un hotel avec parking visible et gardé. La nuit est à 36000 F CFA, c’est le luxe. On nous donne la chambre de Mermoz (sans rire) !

Et comme on a faim, on va au resto de l’hôtel avec toubab à perte de vue et saucisses de Montbeliard accompagné de Sancerre au menu.

Delphine avec plusieurs voyages en afrique n’avait jamais fait ça, elle en est encore retournée J

Comme un clocharde, elle a subtilisé deux rouleaux de PQ dans la chambre de Mermoz J


DSC_4222m.JPG

Delphine: - "Merdoum! dites le à personne"

Depuis nous sommes installés dans le camping de Raymond, un marseillais sympas qui tient cela depuis 22 ans.

On a des voisins allemands (et leur fiston de 2an1/2)avec le même véhicule que nous.

Et surtout, on a le calme, le soleil, l’océan à 100m, et le bar à 20m.

IMG_8713m.JPG
 
Programme des journées :

-          farniente

-          ballades dans St Louis et échanges rigolos avec les sénégalais du coin

-          pêche

-          cuisine
IMG_8729m.JPGPour preuve: préparation d'une très bonne bolo, miam...

-          jeux

-          bière

 

Sinon on a expérimenté notre mini cinéma avec les gamins du camping, c’était concluant !

 

Voici, quelques photos de St Louis:

IMG_8718m.JPGUne ancienne bâtisse coloniale de St Louis. Là, c'est Hervé qui s'invite pour les photos.
IMG_8721m.JPGUne biquette sous Marlboro Light!
IMG_8724m.JPGVue de St Louis tirée de la Langue de Barbarie, où nous sommes posés.(Ile en face)
IMG_8726m.JPG

Car Rapide, le transport en commun ici.
Repost 0
Published by Poi - dans Sénégal
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 13:43

Souvenons nous d’abord : entre le Maroc et la Mauritanie il y a un No Mans Land de quelques kms.

Ce No Mans Land est géré par personne, aucune autorité ne peut y accéder mais ils ont eu le bon gout de miner sévère, avec de vraies mines, lorsqu’ils étaient en guerre.

Et comme il n’y a pas de route là dedans, et qu’il y a des types louches qui piègent les véhicules en les ensablant, il faut bien réfléchir avant de s’y aventurer.

DONC, ca fait un an qu’on cogite là dessus et qu’on a mis au point un plan de bataille bien ficelé :

-          arriver à la frontière le matin

-          faire un convoi en suivant des véhicules habitués

 

Et finalement, ca s’est pas passé comme prévu K

 

On roulait tranquillement en fin d’après midi en direction de la ville marocaine de Laguira en pensant s’y poser la nuit, et partir tranquillement du matin sachant qu’elle est frontalière avec la Mauritanie.

 

Et là : le drame ! On voit un binz avec un porche, on pense que c’est un poste de police comme d’habitude, et non : c’est la frontière !

Donc on se retrouve à 17h à passer par le contrôle des passeports, le contrôle de police, le contrôle des gendarmes, le contrôle des douanes et enfin un militaire avec un chien reniffleur qui sniffe un peu partout dans le camion.

Et enfin on nous ouvre la barrière du No Mans Land, et il est 18h, et on est tout seul !!!

Tu parles d’un plan bien verrouillé.

 

Allez go, on fait 50m et on tombe sur un barbelé tiré au milieu de la piste.

Je descend la gueule enfarinée et un type pousse le barbelé en baragouinant quelque chose mais j’enclenche direct et on taille tout droit.

C’est là qu’on voit tout un tas de bagnoles et un ou deux 4x4 sur la gauche avec d’autres types louches mais on ne s’attarde pas et on trace.

On nous avait dit « y faut prendre la piste de gauche et toujours serrer à gauche ».

Dans notre imagination c’était limpide, sur le terrain c’était le chaos !

Pas de piste, pas de droite, pas de gauche, des rochers et des bancs de sable partout, bref on n’y comprend rien.

On va donc tout droit le + à gauche possible, mais direct on tombe sur un long chemin tout ensablé.

On descend pour repérer le chemin et là un pickup avec 5 types arrive derrière nous.

C’est là que la petite hachette est venue faire un tour dans le pantalon au cas où !

Le conducteur du pickup descend et vient nous voir pendant que je dégonfle les pneus, et il propose son service bien lucratif. Je le repousse, on repère un coin pour passer, on essaye de prendre de l’élan mais avec le pickup garé derrière nous c’est foutu, et j’essaye d’y aller à fond.

Bilan, pas d’élan, trop de sable et surtout n’ayant jamais fait ça : les roues avant plantent et on se retrouve ensablé.

Et le type revient. En se marrant il nous demande 100€ pour nous faire faire les 3m nécessaires pour sortir du sable, finalement Delphine négocie 50€ pour qu’il nous assure jusqu’à la frontière mauritanienne.

Bref il nous carotte sévère et enfin il nous tire non sans mal jusqu’à un champs de cailloux, roches, sable, etc..

On le suit 100m et il nous dit que c’est ok jusqu’à la frontière et qu’au cas où il est là.

Bref on y va sans trainer puisque la nuit tombe, et qu’il nous reste du sable à traverser et une piste à trouver. Pour le sable, c’est ok, maintenant on arrive plein pot dedans et ça passe, pas pour le hors piste complet, c’était autre chose.

Lorsqu’on a eu en vue la barrière mauritanienne, on était au milieu de tout sauf d’une piste, et ça montait.

On y va donc à fond et je pense qu’on a du décoller des roues tellement que le camion a volé de tout les côtés ! Finalement on arrive au poste ou les douaniers étaient morts de rire, surtout quand ils ont vu une de nos plaques de désensablage voler derrière nous.

Mais enfin on y est arrivé, et il fait à moitié nuit :-)

 

Tout se passe bien avec les autorités et des mauritaniens sympas qui tiennent une auberge à la frontière nous suggère d’y passer la nuit. On passe la soirée avec eux, thés, couscous mauritanien dans tente mauritanienne et on a bien rigolé.

Ces premiers pas en Mauritanie étaient agréables.

 

Le lendemain on décide de prendre la route pour Nouakchott. Avant tout on vérifie l’état du camion après sa torture de la veille, on fait l’assurance et la douane et on part pour 440 kms de désert sous le cagnard.

On a pas fait deux bornes que pour éviter un tas nid de poule… que dis je, d’autruche très gros, on se fait une sortie de route à la Rémy Julienne mais tout va bien.

 

Puis on prend un militaire en stop sur 30 bornes, lequel nous propose de l’herbe : c’est tout de même original !

 

Au bout de 3h de route, on tombe sur une station service. Le gars nous fait le plein avec une pompe à main !! Je lui suggère de prendre des forces parce que derrière nous arrivera le rallye des 30 allemands J

 

Ces deux tiers de Mauritanie jusqu’à la capitale sont beaux. La route n’est qu’une immense ligne droite au milieu du désert. Le sable jaune passe ensuite à l’orange, et bientôt plus un buisson, plus une herbe, plus rien. Juste la route, le sable et le ciel bleu.

DSC_4158m.JPG
DSC_4161m.JPG
DSC_4166m.JPG

C’est là qu’on se dit qu’il faut ménager le moteur car le peu de vent qu’il y a est très chaud. Donc on roule capot ouvert : c’est efficace !


DSC_4170m.JPG
 

Nous avons eu 5 contrôles de gendarmes sur cette route et ils sont irréprochables (pas de bakchiche démandé).

 

DSC_4184m.JPG
DSC_4181m.JPG

Et enfin, après 400 bornes sauvages, les dromadaires apparaissent par unité, par dizaines puis par centaines juste avant la capitale.


DSC_4187m.JPGDSC_4195m.JPG
 

En tout cas, le camion aime bien le désert car depuis qu’il a son nouveau radiateur, il se porte comme un charme ! D’ailleurs nos venons de franchir nos 5000 kms depuis Dunkerque.

 

Au dernier contrôle de police, un type nous propose de nous installer dans son auberge où il y a douches, wc, internet, donc pourquoi pas. Le luxe dans cette république islamique de Mauritanie, c’est qu’à l’auberge on nous propose de la 1664.


DSC_4197m.JPG
 

Par contre, il fait vraiment chaud ici…et… les moustiques sont déjà là. Alors on sort la moustiquaire et la lampe qui les fait crépiter au 220V !
DSC_4196m.JPG



 

Sinon merci à tous pour vos commentaires, ca nous fait vraiment plaisir de voir que vous nous suivez J



Et voici une récap du trajet parcouru:
trace-poi-130310.jpg 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Poi - dans Mauritanie
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 13:15

Rappel de barême (pour vous mettre dans notre contexte) :

Chaque matin, si on veut aller plus loin, on vérifie :

-          l’eau dans le moteur

-          l’huile dans le moteur

-          le dot4 pour les freins

-          si les roues sont bien gonflées

-          si une pierre n’est pas coincée entre les pneus jumellés

-          si la courroie d’alternateur est bien tendue

-          si une roue n’est pas en train de se barrer ! (repère au correcteur Tippex sur les écrous depuis qu’une a tenté de s’évader de l’essieu en Espagne)

-          et enfin la prière !

-          et surtout tout au long de la journée, on se dit bien « peut être » qu’on va arriver à l’étape voulue

 

Nous avons dépassé CASABLANCA et fait une halte pour la nuit 100 km plus loin à EL JADIDA. Tout cela, histoire de tester notre nouvel équipement…et…tout est OK.


Les paysages du Nord:
DSC_4069m.JPG
 

Etapes suivantes : EL JADIDA- OUNARA  (250km) puis direction AGADIR et là, oupss un petit contre-temps facheux, un vendredi au Maroc !!! Tout cela pour dire qu’on attend toujours le mécano...

 

Après avoir rencontré un âne sur la route et surtout après un coup de frein bien sec, notre frein arrière droite reste un peu serré….le camion perd de la puissance et c’est pas terrible de rouler avec une roue qui freine. Nous décidons de démonter la roue pour débloquer les mâchoires du frein, mission accomplie, nous voilà repartis mais maintenant nous n’avons quasi plus de frein (Ouelou freinage !), en pleine montagne rappelons-le au passage. Nous voilà arrêter à démonter de nouveau (CF ci-dessus : on attend toujours le mécano en ce vendredi de prière). Là, nous décidons de changer le piston, pour cela, il s’agit de démonter tout le mécanisme du frein.
Le vieux piston:
DSC_4078m-copie-1.JPG
 C’est comme un jouet mécano mais en plus dangereux si tu remontes pas bien. Enfin, après 2 x 2 heures de mécanique, de pompage de frein, de purge et de pestage nous voilà repartis. Nous atteignons tout de même notre objectif, TIZNIT, 266 kms plus tard…dans la nuit pour le plaisir.

Pour les freins, nous comptons faire purger le système au Sénégal pour que ce soit plus efficace mais sinon ça freine, pas de problème je vous rassure.

Après TIZNIT, route vers le grand Sud et la ville de TAN TAN (238kms) puis TAN TAN – LAAYOUNE (318kms) enfin un peu plus car nous avons campé 15 kms plus loin dans le desert.

DSC_4090m.JPG
On n’a pas démarré le moteur que c’est déjà le boxon. On a une entorse au point N°5 du barême !

Une pierre grosse comme mon poing s’est coincé entre deux pneus ! S’en suit Un quart d’heure de concerto pour burin et grosse masse avant de déloger l’intrus qui finira balancé dans le désert.

Suit la grosse étape, LAAYOUNE – DAKHLA, environ 500kms soit à 60km/heure presque 10 heures de route.

 C’est la route de notre premier bakchich par un gentil policier Marocain* et aussi le remorquage d’un utilitaire Citroën dont le moteur a semble t-il rendu l’âme (d’après son propriétaire, accompagné de deux mécanos charlatans). Notre pèpère a bien travaillé et à part notre fabrication maison d’admission d’air qui a laché, tout va pour le mieux. En tout cas, le radiateur « made in maroc », qui parce qu’il est énorme dépasse un peu de partout, ne chauffe pas. C’est toujours un bidule mécanique en moins qui nous fait baliser !

 

* PS : le policier voulait 40€ … au final on lui a refourgué une vieille peluche poussiereuse qui trainait dans le camion. Pardon Ken (l’ex proprio du camion), c’était ton nounours Taz qui a été sacrifié sur l’hôtel du bakchiche !

 

Notre premier tajine maison:
DSC_4074m.JPG 

En terme de paysages, c’est radicalement différent du maroc-nord. Comptons parfois 150kms entre deux villages (donc 2h30 à notre rythme) et surtout c’est le désert. Les animaux aussi sont différents.

Au nord, quand on klaxonne un chien ou une chèvre qui rode sur la route, la bête s’en va. Au sud, quand un chameau est sur la route, il reste !

Quoiqu’il en soit, c’est très sauvage et la côté est magnifique. Nous conseillons ! Mais heureusement que l’époque est bonne parce que le soleil commence à peine à cogner. Nous n’imaginons même pas l’été !!!

DSC_4108m.JPG
 

Nous campons dans un camping à Dahkla juste à côté de dizaines d’allemands qui font un rallye « challenge machin truc », et surtout à côté de deux allemands qui ont un Mercedes comme le notre… mais le leur on dirait qu’il à séjourné 15 ans au fond de la mer tellement qu’il est rincé de rouille ! Je le regardais tout à l’heure en buvant mon café, et je dis à Delphine « bah tu vois, si je voulais piquer un truc sur leur camion, bah y a rien qui n’est pas pourri ». Mais il faut dire qu’eux, ils reviennent d’un long séjour en afrique noire, donc le camion a bourlingué copieux… :-}

On illustre avec la photo:

DSC_4127m.JPG
DSC_4125m.JPGDSC_4126m.JPG
 

Ces allemands, Tamara et Manuel sont vraiment sympas, et leur camion est bien aménagé puisque Manuel est menuisier, et surtout leur moteur démarre au quart !

 

Nous ne sommes finalement pas resté dans le camping de Dahkla et avons été « bivouaqué » un peu plus loin en bord de mer : paysage magnifique.

En voici la preuve:
DSC_4128m.JPG
DSC_4129m.JPG
DSC_4134m.JPG
DSC_4136m.JPG 

Et enfin nous avons pris la route vers la Mauritanie

 

Nous voyons une trace bien dégueulasse sur la route et un camping car un peu penché sur le bas côté.

On s’arrête et on voit un couple d’irlandais qui venait de se faire doubler par sa roue arrière !

Les écrous n’avaient pas été serrés par le pseudo mécano marocain qu’il avaient vu la veille.

DSC_4143m.JPG
Bilan on part dans le désert à la recherche de la roue arrière, laquelle a fait + de 300m avant de s’arrêter. Puis on cherche les écrous et par chance on en a trouvé 5 sur 6.

Hervé lui file un coup de main, de cric et de clé en croix et nous repartons cette fois pour de bon pour la Mauritanie.

 

Sinon pour vous dégouter : le gasoil est à 0,5€ dans le sud Maroc et le ciel bleu est gratuit.

Repost 0
Published by Poi - dans Maroc
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 14:47

 

Les formalités de sortie du port n’ont pas été trop longues et nous avons enchaîné sur notre première étape au Maroc.

 

LARACHE: nous avons stationné sur une aire de repos à l’entrée de Larache et enfin avons rencontré des camping-caristes sympa et généreux en conseil, ça fait du bien. En plus, la douche gratuite a fait du bien à nos cheveux sales. En effet, il fait encore trop frais pour prendre une douche froide dans notre logis.

 

Comme en Espagne, le Maroc s’est fait copieusement inondé par les pluies. Il y fait déjà plus chaud mais cette météo inhabituelle rend l’acclimatation plus aisée.

 

Ensuite direction RABAT la capitale pour le visa Mauritanien. Le plus sympa, c’est de trouver le consulat, et enfin de se farcir les bouchons dignes d’une grande capitale pour s’y rendre.

 

Et ce consulat, comme toute bonne administration, est bien pointilleux sur les horaires. Donc notre visa ne sera délivré que le lendemain. Et nous allons donc passer une demi journée et une nuit devant le consulat. On improvise donc un camping de rue à une place !

 

 Nous avons finalement attendu de 9h à 12h pour récupérer nos passeports. Dans l’attente, nous avons rencontré: de nombreux passeurs de voiture et de camion, des auto-stoppeurs lyonnais qui revenaient d’Inde, un chef d’entreprise espagnol, un ancien légionnaire allemande et un passeur de vin portugais qui s’était fait refoulé à la frontière et a donc du remonter 2000 km pour un coup de tampon!

 

Visas en poche, nous avons progressé jusque El Mohammedia ( à côté de CASABLANCA) pour une petite pause en bord de mer, et pour faire vérifier notre moteur par un mécano avant de reprendre la route vers le grand sud.


Les trois photos qui suivent présentent la vie au camping de Mohamedia
DSC_4040m.JPG
DSC_4046m.JPG
DSC_4044m.JPG
 

Nous avons passé une journée de dingues à rechercher un radiateur adapté aux fortes chaleurs spécialement fabriqué au maroc. On a dégotté un taxi man super sympas (Mohamed) et un mécano spécialisé en Merco (Joe).

Finalement, joint spi pour huile changé, radiateur changé et buse à air rajoutée


DSC_4052m.JPG
 et nous rapartons aujourd’hui, juste après cette mise à jour. Objectif Inch'allah, dépasser Casablanca et prendre la direction d'Agadir. Marrakech sera pour le retour.

PS: Juste pour vous rassurrer, nous aussi ici le temps est pluvieux.
Repost 0
Published by Poi - dans Maroc
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 14:39

 

Nous avons décidé de prendre la route Alméria-Malaga pour rejoindre Gibraltar, dans l’idée d’éviter les montagnes de Grenade. PERDU! La route de la côte est en côte. Le bord de mer ne garantie pas le plat, c’est ce qu’il faut retenir. Enfin bref, c’est pas la route que l’on prendra au retour. Nous avons bien stressé et pépère a bien souffert des montées interminables. (Pour info: l’autoroute que l’on voit sur la carte, n’est qu’un projet, glut…)


Photo ci dessous, le calorstat qui a lâché
DSC_4021m.JPG

Et ici le nouveau en place
DSC_4019m.JPG

 

Enfin arrivé à Algéciras (en face de Gibraltar), nous avons trouvé des billets de bateau en « promoçion », vraiment pas chers (120€ A/R nous plus le camion).

Nous avons cependant failli rater le rendez-vous avec le passeur pour aller au port et avons donc suivi un convoi de camping-car. Coup de bol, c’était le bon.  Du coup, on en a oublié notre bidon de vidange d’eau sale sur le parking (Sans doute, l’avons-nous écrasé!!!)

 

Donc, la traversée à duré 1h et m’a rendu malade (Delphine).


Delphine un peu avant ...
DSC_4023m.JPG

Delphine juste avant ....
DSC_4030m.JPG
Heureusement, notre ferry catamaran a bombardé.

Repost 0
Published by Poi - dans Espagne
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 19:34
Théoriquement notre dernier soir à Altéa, le mauvais temps s'y installe bien !
Le calorstat est remonté et nous verrons bien demain si le diag était le bon 

Sinon une info en passant, je pense que le + simple pour tous est de s'incrire à la "newletter" en marge gauche du blog pour savoir s'il est à jour.

Nous étudions encore le trajet pour rejoindre Gibraltar, car l'idée de Xavier de passer par Granada est bonne. Mais suivant le temps nous irons soit demain, soit en novembre.

Encore merci à Salim de nous avoir envoyé le transfo du PC au camping ce qui nous permet aussi de lever l'ancre.

Nous vous tenons au courant, photos à l'appui d'ici lundi. Le localisateur sera de nouveau en fonction demain.

Bon week à tous
Delphine et Hervé
Repost 0
Published by Poi - dans Espagne
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 19:13
Nous voici au milieu de l'Espagne (Alicante)...Depuis notre départ de Toulouse, tout roulait: bonne progression vers l'Afrique (Pour rappel: but à atteindre), environ 200 à 250 km par jour. Et pshittt....ça, c'est le calorstat en grêve, il veut faire cuire des oeufs dans le bloc moteur. Du coup, petite panne sur l'autoroute et dépannage express ET provisoire de maître Dudu (où le calorstat passe du moteur à la boîte à gant!!!).
Bilan: petite pause à Altéa pour achat de pièce.
Altéa, comment dire ?.....un camping en bord de mer, des plages désertes, des gouttes de pluie par milliers, des nuages "gros comme mon poing" et des néerlandais par centaine de milliers. Altéa est la seule ville d'Espagne où quand tu dis "Ola" on te répond "Hello",!,!????
C'est choquant... il y en a plein partout... et pour dire.. dans le camping il ne restait plus que 2 emplacements de libre.

Sinon les WC du camping sont propres, mais avec notre camping gériatrique de renommée mondiale, ca sent fort le palmolive au magnolia dès le petit matin dans les douches! y'faut aimer... et surtout être connaisseur   :-)

Aujourd'hui, l'atelier Merco-Benz du coin nous a dégotté un nouveau calorstat, il ne reste plus qu'à le remonter et nous continuerons la descente vers le sud.

Pour en revenir au sujet de cet article... la bière ici est digne de celle qu'on trouve "à pas cher" au carnaval de Dunkerque. Mais son petit nom reste le même : la Pinte  :-]

Prochaines escale si tout va bien, et si le diagnostique mécanique est le bon : Alméria, Malaga, Gibraltar, et plouf !

Conseil d'ami, le bar "Barracca" est à explorer... c'est une bonne adresse.
Autre conseil : NE VENEZ SURTOUT PAS A ALTEA EN FEVRIER, sauf pour parfaire votre néerlandais.

Repost 0
Published by Poi - dans Espagne
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 18:47
Ca y est nous sommes prêt !

Un dernier au revoir à Nicole et Jean et en avant pour nos premiers kilometres

Ici nous sommes sur la route Dunkerque-Lille
dunklille.jpg



A Lille nous avons chargé toutes les malles, mis en place le lit etc...
Puis avons pris la route de Paris avec beaucoup de retard, donc passage obligé par l'autoroute.

Nous en avons profité pour éclater le pneu avant droit histoire d'animer un peu le trajet !  


Et ici le camion posé à Yerres
camion yerres

Nous avons profité de cette halte famille pour nous équiper en pneus neufs. Et aussi pour détruire et acheter un nouveau et magnifique radiateur de mercedes 240D

Et c'est reparti pour le sud... pas pour longtemps car le pneu avant  gauche à lâché au bout de 20 bornes.
Finalement nous nous poserons à Souppes sur Loing au bord de la rivière

Ici Delphine préparant l'itinéraire du lendemain
souppes-inter-1.jpg

Nous reprenons la route en direction de Rodez toujours par les nationales de préférence.
Pour pimenter la journée nous nous sommes embourbés dans un champs

Et enfin nous nous posons à St Pourcain
Delphine encore un fois à la préparation de l'itinéraire du lendemain ou nous dormirons à Chaudes Aigues, petit village ou une sources d'eau chaude à 82° jaillit de la montagne.
saint-pourcain-inter-1.jpg

Et ensuite nous reprenons la route de Rodez en passant par Laguiole
panneau-louche.jpg
rv-conduit.jpg

Sur Laguiole, Delphine n'échappe pas à la tradition, le tripotage de corones du taureau... puis à l'aligot!
delp-couille-toro.jpg

rv-laguiole.jpg

Et enfin le soir nous arrivons chez Nini à St Côme d'Olt, ou nous passerons quelques jours au bord du lot
bordlotpres.jpg

Sur cette vue de St Come, la maison de Nini est la plus à droite, adjacente au pont.
vuestcome.jpg

Petit réveil glacial à -3°... dans le camion  
reveil-glacial.jpg

On en profite pour faire réviser un déséquilibre de frein avant et reparer notre pneu.
garagstcome.jpg

Ici vue de la ville d'Espalion, près de St Côme
espalion.jpg

Actuellement nous sommes posés à Toulouse chez Odile et Salim puis repartirons mardi matin pour la côte méditérranéenne... direction l'Espagne!














Repost 0
Published by Poi - dans France
commenter cet article