Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 11:48

Après le Burkina, nous voici de retour au Mali où nous avons rendez-vous avec Odile à Bamako. Après avoir récupérer notre amie, nous nous mettons en route vers les pays dogons à l'est du Mali.

 

Odile, pilote de renom, prend donc le pépére en main et c'est parti...ici, un petit passage pas évident au coeur du marché....

 

 maliodile 9439

 

Notre programme au Mali est de rejoindre le pays Dogon via Ségou, Djenné et Mopti. Nous séjournons donc quelques jours à Ségou. Nous tentons une visite de Djenné (où se trouve la fameuse mosquée) mais au final nous rebroussons chemin car d'une part les gens nous sottent dessus et d'autre part, il faut prendre un bac, ce qui se rélève un peu compliqué: lorsque nous tentons de monter le pépére à bord, le marche pied à l'arrière se plante direct dans le sable et après 10 minutes de manoeuvre nous sortons du sable avec un marche pied cassé! Enfin, Mopti est notre point de chute pour organiser notre randonnée dans le pays dogon. 

 

Nous voilà donc en route pour Ségou.

 

Petite pause en brousse et comme souvent, un villageois nous rend visite....   

P1010005

    

 

SEGOU

 

Petite escale à Ségou, sur le chemin des dogons où nous décidons de faire un petit séjour...Nous voici dans un hôtel-camping à l'heure du petit déj.

maliodile 9414

 

Ségou est situé au bord du fleuve Niger, bien haut à la saison des pluies.

  maliodile 5714

 

maliodile 5702

 

maliodile 5730

 

Nous nous faisons une balade en pirogue pour aller visiter les îles environnantes.

maliodile 5756

 

maliodile 5761

 Odile enregistre les sons....l'eau, les oiseaux, le vent....et les conversations!

maliodile 5767

 

maliodile 5776

 

maliodile 5788

 

 

La spécialité de Ségou est la poterie qui est d'ailleurs vendue dans tout le Mali. Une fois par semaine, les femmes se réunissent pour la cuisson des poteries (collective). Imaginez la chaleur...

maliodile 5872

 

maliodile 5867

 

Et  voilà le résultat...tout est moulé à la main.

maliodile 5869

 

Retour à la pirogue pour le repas....

maliodile 5884

 

maliodile 5886

  Me voici en pleine prouesse...toi tu sais pas faire, hein?

maliodile 5878 

 

 Le palais de Biton, dans le village de Ségou-Coro. Biton est un des fondateurs de l'empire Malinké, une des ethnies Maliennes.  

maliodile 5895

 

Un enfant en train de faire le pitre....il est pris en photo sans qu'il le sache.

maliodile 5897

 

Spéciale dédicace à Odile qui aime beaucoup les ânes qui sont le plus souvent très mal traités au Mali....alors solidarité avec les ânes  Maliens.

maliodile 5906

 

Nous avons visité une coopérative de femmes à Ségou.

Elles tissent de magnifiques tapis point par point. Elles fabriquent la laine, la teinte et tissent à la demande. Une bonne adresse que vous pourrez retrouver plus tard dans notre rubrique "conseils et bonnes adresses".

maliodile 5630    

 

maliodile 5629

 

Un petit resto à Ségou où tu peux manger des pâtes au pesto, une bonne adresse. Info à suivre dans la rubrique "Conseils et bonnes adresses".

maliodile 9428   

Une autre spécialité de Ségou est le "bogolan". Nous avons visité un centre très très intéressant à Ségou et avons beaucoup appris sur cet art...Nous avons également réalisé nos propres bogolans après une leçon sur les symboles bambaras et leurs significations...Visite à ne pas rater si vous passez par là.

P1010038

 Les teintures sont produites à partir de diverses plantes.

P1010040

Et voici, le four qui permet de produire le fixateur de couleur.

Et si vous n'avez pas tout compris, n'hésitez pas ....allez visiter!

P1010048

 

LE PAYS DOGON

 

Nous voilà donc aux pays dogon pour un treck de 4 jours. Nous décidons de visiter les villages du Nord.

Les dogons sont un peuple de l'Est du Mali et leur particularité est qu'ils vivent dans la falaise.

Aujourd'hui, beaucoup de villageois ont quitté la falaise pour la plaine mais dans la région que nous avons visité il reste plusieurs villages de falaises occupés. La majorité des dogons sont animistes, nous sommes donc, en raison de leur traditions, obligés de se faire accompagner par un guide.

 

C'est donc Ali, un guide qui nous avez déjà accompagné qui nous emmène pour cette superbe balade de 4 jours.

maliodile 5958

  Un village dogon vu de la plaine.

 

maliodile 5945

Ali notre super guide. 

maliodile 6003

Vue de la falaise qui fait aux alentours de 300km de long. 

maliodile 9480   

 Odile en pleine forme.

 

 

P1010078  

En raison des pluies, nous devons souvent passer dans des flaques. Nous passons même un passage avec de l'eau jusqu'à la poitrine.

 

maliodile 6492

Nous voici sur le plateau (en haut de la falaise).

 

maliodile 6341  

Petite pause tabac au campement, le soir après plusieurs heures de marche.!!!!

 

maliodile 6326

Le soir au campement, sous la pluie.

 

 

maliodile 6303

 

maliodile 6288

On a l'impression qu'on est en plastique...genre musée grévin...vous ne trouvez pas?

 

maliodile 6371

Petit passage en âne....et à ce moment, Hervé avait peur de casser l'âne en deux....voyez comme il est à l'aise!

 

maliodile 6203

Petit passage de flaque.

 

maliodile 6196

  Comme je le disais, Hervé un peu dissipé!

 

 

 

maliodile 6157

Village du haut de la falaise, hallucinant non?

 

maliodile 6154

Village dans une faille.

 

maliodile 6153

Imaginez la vie dans ces villages....

 

maliodile 6147

Passage dans une faille avec un accès à l'eau de source.

 

 

maliodile 6139

Descente dans la faille.

 

maliodile 6124

  Vue du plateau, Ali montre à Odile le Burkina-Faso.

maliodile 6373

 Et hop, au tour d'Odile.

maliodile 6111

Petit passage sur pont artisanal! Et oui en bas, la faille est très profonde.

 

maliodile 6088

Village de falaise...de loin imaginez bien comme il est difficile d'apercevoir les villages.

maliodile 6073

A gauche, une case à palabre ("Toguna"). La case à palabre est le lieu où les hommes du villages se rencontrent pour régler des problèmes ou conflits. Son toit bas est prévu au cas où quelqu'un s'énerve. En effet, il ne pourra pas se lever subitement pour agresser quelqu'un, sinon aie aie la tête.....bien vu non? 

 

DSCF0114

 

 

maliodile 5981

  Ici, Odile tente de se rincer les chaussures pleine de boue et finalement, s'éffondre dans la boue jusqu'aux chevilles....remarquez, moi cela me fait bien rire!

 

 

maliodile 6050

De nouveau, une flaque!

 

maliodile 5969 

  Voyez les treckeuses....

 

 

 

 

 

maliodile 9493

  Après ces 4 jours de marche, nous passons quelques jours de repos dans un camping à Bandiagara, "capitale" du pays dogon.

maliodile 6668

  Et profitons pour trier nos milliers de photos!

 

 

 

 

 

 

QUELQUES BESTIOLES :

 

maliodile 6578

 

maliodile 6502

 

maliodile 6521

 

maliodile 6577

 

maliodile 6636

 

  P1010069

 

 

 

 

Repost 0
Published by Poi - dans Mali
commenter cet article
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 17:52

Mise à jour en bas de page (Photos et vidéo)

 

Après avoir fait les formalités Maliennes, easy à coup de « Ani sogoma », « Ikakéné », nous voilà sur la route direction Bamako. De kidira à Bamako, il y a environ 600 kms et le tout sous une chaleur terrible ! Même si c’est la fin de la saison chaude (avril, mai, juin), nous sentons bien la différence de température entre la côte et l’intérieur des terres, à coup de plus de 10 degrés (à l’ombre). Première escale à Kayes, la ville la plus chaude du Mali ! Nous confirmons ! A notre arrivée, il fait 47 degrés à l’ombre et même la nuit ça ne descend pas en-dessous de 35, il fait très chaud aussi nous décidons de prendre une chambre climatisée sans quoi il serait impossible de dormir dans le camion qui est une véritable étuve. La ville de Kayes à l’air très jolie avec de grandes bâtisses coloniales et les derniers restes du fleuve Sénégal où les femmes font leurs lessives et les enfants pendant ce temps pataugent dans l’eau pour se rafraîchir. Mais nous visiterons à notre retour car la chaleur, ici, comme vous l’aurez bien compris, ça dépasse l’entendement !

L’escale suivante se fait à Diéma avec une petite nuit car le ventilo est coupé à 2h avec la coupure quotidienne de 2 à 8h du matin. En effet, la ville est alimentée par un groupe electro, celui-ci est éteint la nuit pour économie. Nous y rencontrons un instituteur débutant à qui je laisse quelques manuels scolaires pour travailler. La route de la frontière jusque Diéma est assez désertique et longe la voie ferrée qui va de Dakar à Bamako, peu de train y circule encore. Ce qu’il y a de plus surprenant , c’est que nous avons rencontré entre Kidira et Kayes, beaucoup de véhicules et morceaux de train accidentés, camions en panne…en tout cas nous avons plus de véhicules en panne que sur la route ! Ca y est, nous sommes à 100kms de Bamako, la verdure commence à être de nouveau là et nous voyons apparaître de magnifiques villages avec cases en banco encerclés de grands arbres. Nous sommes très heureux d’arriver à Bamako dans notre famille africaine de cœur.

Evidemment, nous sommes très bien accueillis par Adama et toute la famille Kouyaté, les enfants ont grandi et nous nous sentons comme à la maison. Nous garons le camion devant la maison d’adama à Djicoroni Para et vivons dans la cour avec la famille. Nous profitons de cette escale pour déposer à Adama son matos et il a droit à une formation accélérée de montage vidéo par son karamoko (prof) Hervé PCanler. Nous faisons également l’entretien du véhicule : vidange, graissage et re-fixation de certaines pièces. Nous avons obtenu notre visa de 3 mois pour le Ghana. Enfin, nous nous sommes achetés une moto « yamaha 100 » pour être plus autonome dans les prochains pays, nous allons l’arnacher au camion et nous la revendrons dès notre retour au Mali. D’ailleurs grâce à la moto, nous avons pu bien nous balader dans Bamako et avons fait un petit tour de la Capitale qui est vraiment très grande. Nous avons bien pris nos repères ici et on se sent vraiment à l’aise, c’est sûr maintenant après quelques mois en Afrique, nous sommes vraiment dans le bain. Nous parlons mieux Oualoff et Bambara, reste pour la suite à découvrir de nouvelles langues et salutations. Le diola pour une partie du Burkina, au Ghana ce sera la surprise, l’éwé au Togo, le fon au Bénin et enfin révision de mon morée dans la région de Ouagadougou au Burkina. Nous pensons également faire une petite virée au Niger quand Stef nous rejoindra à Ouaga en juillet. Voili, voilou, nous sommes prêts, en pleine forme pour la suite du voyage. Prochaine étape : Bamako – Sikasso puis arrivée au Burkina-Faso avec une escale à Bobo-Dioulasso dans la famille Kouyaté, chez le grand frère de Djangoba, feu notre mama Malienne puis tout direct vers le Ghana.

 

 

Debut de mise à jour (29/08/2010)

 

Ici Adama notre hôte

toto 4730

 

La fille d'Adama : Marie-Vanelle... avec une bonne tête d'ampoule déformée à l'objectif "fisheye"

toto 4732

 

Delphine sous son meilleur angle!

toto 4734 

 Marie et Cola devant la maisontoto 4735

 

 Las Végas Parano ... pour les connaisseurstoto 4737

 

 

Marie toujours en fisheye... mais cette fois ci dans le camiontoto 4744

 

 Installation du matériel d'Adamatoto 8956

 

Delphine en plein vidange... avec son amie la poule qui supervise les travaux

toto 8971 

 

Ne jetez plus vos vielles Singers... ici un couturier mobile à l'oeuvre. Il passe à domicile (ici la cour d'Adama), il assure les petites retouches de couture. Admirable non?

 toto 8982

 

 

 Venez avec nous faire le trajet de chez Adama au cybercafé

Cliquez ici :  http://perso.numericable.fr/poi/bamako-cyber-010610.mp4

 

 

Repost 0
Published by Poi - dans Mali
commenter cet article